Tout d’abord, après ce silence du à la trêve des confiseurs (que j’avoue suivre avec délices), je vous souhaite à tous, fidèle de ce blog, une excellente année 2012.
Je sais que des esprits chagrin sont persuadés que le 21 décembre prochain (21/12/12) notre cher monde va connaître sa fin. Calembredaine me direz-vous. Certes, mais, imaginons un instant que cela soit. Tout cet argent (encore des euros ?) que j’aurai dépensé pour des cadeaux de Noël qui disparaitront quatre jours avant d’être remis; argent que j’aurais pu utilement dépenser en dernières libations… Et d’un autre coté, si je ne prévois pas de cadeau pour bien vivre le temps qui me reste, et que, comme de coutume, les augures se trompent… j’aurai l’air malin le 24 au soir sans rien à offrir à mes proches… Je sens que 2012 va être une année compliquée !

Prenez le 6 mai prochain. Quel est le nom qui va sortir de la boite ? Si le titulaire actuel du poste est reconduit, alors, on peut dire que la fin du monde est avancée au printemps. Bon, j’exagère, mais tout de même. Vous y croyez ?

Puisqu’on parle de lui, le Voldemort de l’Élysée, la semaine dernière, en pleine paix, comme dirait Raoul (pour ceux qui ne comprenne rien à cette allusion, je conseille une séance supplémentaire des «Tontons flingueurs»), ce fut un tir groupé des voltigeurs de la Sarkozie contre François Hollande. Il aurait dit, est-ce possible, que le petit Nicolas était un «Sale mec». Finalement, on s’est vite aperçut que François, que Fabius surnommait «Monsieur petites blagues», avait fait de l’humour. Mais tout de même, comment des Copé, Morano, Estrosi, ont-ils pu admettre qu’un opposant, fut-il farouche, ait imaginé de comparer notre chef de l’État à un sale mec. Car enfin, qui est-il notre chef, notre lider maximo (comme l’on dit à Cuba), notre dirigeant bien aimé (comme l’on dit en Corée du nord) ?

Kim Jong-il, le dirigeant bien aimé de Coré du nord, qui a trop tôt quitté cette terre le 17 décembre dernier
Kim Jong-il, le dirigeant bien aimé de Coré du nord, qui a trop tôt quitté cette terre le 17 décembre dernier

Un grand homme. Sans atteindre les sommets du Général, ce n’est pas lui qui aurait besoin de garnir ses mocassins de talonnettes pour faire illusion. Non, dans les sommets internationaux, c’est lui qui domine, c’est lui qui dirige. A ses cotés, Barak Obana fait bien petit garçon.

Un homme calme et pondéré. Quand il va en Russie en hiver, il n’hésite pas à coiffer une toque, mais, point de toc, point de tic, juste du tact.

Jamais emporté. Pas coléreux pour deux sous. Demander aux marins du Guilvinec, aux visiteurs du salon de l’agriculture, aux jeunes des banlieues. Tous vous diront son sens du dialogue, dans un langage que certains peuvent trouver trop académique. Jamais d’argot, jamais d’insulte. La Princesse de Clève, oui. Casse-toi pov’con, non !

Respectueux des femmes. Si d’aventure, sa conjointe venait à le quitter, ce ne serait pas le genre à mettre aussitôt une journaliste du Figaro dans son lit, à se marier quelques mois seulement après un divorce. Non, il est trop vielle France, il lui faut du temps pour faire sa cour.

Et surtout, respectueux de la parole donnée. Claude Chirac se souvient encore des promesses de fidélité qu’il faisait à son père. Et nous tous, nous sommes des témoins vivant que, depuis cinq années nous gagnons vraiment plus en travaillant à peine plus (même moins pour tous les nouveaux chômeurs).

Oui, Nicolas est tout cela. Et c’est pourquoi, il ne faudra plus jamais, même sous forme de boutade, le comparer à un sale mec. Ce n’est pas de sa fille que l’on pourrait dire : «espérons qu’elle ressemble à sa mère». De toutes ces qualités, il est d’ailleurs conscient qu’elles sont siennes. Car ce n’est pas un faux modeste non plus. Surtout depuis que sa femme a composé une chanson, en son honneur dit-elle :«Le plus beau du quartier».

En conclusion, je vous invite à écouter un court extrait de cette chanson faite pour notre Président. Un très court extrait car, cette famille estant facilement en justice, je ne voudrais pas tout de même être l’objet d’une plainte pour violation des droits d’hauteur, pardon d’auteur.